Les reporteurs de la ZDF ont suivi la filère du cuir, le cuir dont sont fait nos chaussures en Europe.

Une très grande partie du cuir est désormais produite au Bangladesh. Des millions de vaches sacrées sont transportées clandestinement d'Inde  au Bangladesh, dans des conditions épouvantables. Ensuite, les vaches sont tuées selon le rite muselman (enfin, ce que les abrutis en ont fait). On leur enlève la peau. L 'animal n'est pas toujours mort, vous vous en doutez. Ensuite: produits chimiques à gogo, travail d'enfants, rivières polluées. Conséquences sur place: toutes sortes de maladie, en Europe réactions allérgiques (notamment au chrome 6).

En attendant: on est tous responsables: Après avoir arrêté la consommation de la viande il y a 25 ans, je réduirai désormais ma consommation de cuir surtout si je ne peux pas savoir d'où il vient. J'ai honte de ma collection de sacs à mains, acheté juste comme ça, sans trop me poser de questions. Mais nous n'avons pas acheté de sofa en cuir (ouf).

La deuxième partie du reportage est consacrée à la production des fourrures que l'on rajoute aux vestes d'hiver. Moi je pensais, comme d'autres, qu'il devait s'agir de fourrures artificielles ou de restes. Je ne m'imaginais pas que l'on élevait et tuait des animaux pour ces petits bouts de fourrure. Et si, on Chine, ça rapporte.

Elevage dans des pires conditions, abattage avec des bâtons, pas toujours efficaces; là aussi on elève la peau alors l'animal est encore vivant. D'autres animaux, tremblants, à moitié morts sont laissés là, sur les places des marchés,  parce que finalement la fourrure n'est pas assez bonne.

L'humanité marche sur la tête.

Combien de décénnies faut-il encore avant que l'éthique ne l'emporte? Est-ce qu'on peut vraiment espérer?  Considérant les catastrophes écologiques qui s'abattent sur nous (ça a commencé, ce n'est pas demain) il n'y aura peut-être pas le temps.  

Quand on voit ça, on a envie de titrer la chasse pour en finir avec l'homo sapiens ignoransis brutalis. L'humanité, c'est comme une erreur, la mauvaise pioche dans l'évolution. Le bien (créations artitistques, peinture, musique etc.) ne valent pas le mal généré par l'homme. Il y a comme un déséquilibre qui s'est installé.

 

http://www.zdf.de/ZDFmediathek#/beitrag/video/2000960/Gift-auf-unserer-Haut